𝟳 𝗽𝗹𝗮𝗻𝘁𝗲𝘀 𝗮𝘂𝘅 𝘃𝗲𝗿𝘁𝘂𝘀 𝗺é𝗱𝗶𝗰𝗶𝗻𝗮𝗹𝗲𝘀 𝗲𝘅𝘁𝗿𝗮𝗼𝗿𝗱𝗶𝗻𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀

À l’heure où les hostilités envers les médecines naturelles font rage, il paraît opportun de vous présenter une petite liste de plantes médicinales dont les vertus sont prouvées par la science:

𝗟𝗲 𝗴𝗶𝗻𝗴𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲 𝗲𝘁 𝘀𝗲𝘀 𝗲𝗳𝗳𝗲𝘁𝘀 𝗮𝗻𝘁𝗶-𝗻𝗮𝘂𝘀é𝗲𝘂𝘅
La racine de gingembre (Zingiber officinale Roscoe) est notamment utilisée pour soulager les vomissements et les nausées provoquées par la chimiothérapie dans le traitement du cancer. De nombreuses études ont démontrées qu’elle a une efficacité supérieure au placebo et équivalente à celle de la métoclopramide.
C’est donc une alternative efficace lorsque le patient souffre des effets indésirables des anti-nauséeux allopathiques. Elle est toutefois contre-indiquée s’il a consommé des anticoagulants.
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 : 1 à 2 g de poudres par jour ou 400 mg d’extraits secs par jour suffisent pour calmer les nausées et les vomissements.

𝗟’𝗲𝘂𝗰𝗮𝗹𝘆𝗽𝘁𝘂𝘀 𝗴𝗹𝗼𝗯𝘂𝗹𝘂𝘀 𝗲𝘁 𝘀𝗲𝘀 𝘃𝗲𝗿𝘁𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝗿𝗲𝘀𝗽𝗶𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻
Cette plante d’origine australienne est recommandée dans le traitement des troubles respiratoires. On exploite alors l’un de ses principes actifs : l’eucalyptol ou cinéole qui permet de traiter les inflammations de la gorge, des voies respiratoires et des bronches. Une étude (Worth H. J Asthma. 2012) sur près de 250 patients pendant 6 mois a révélé que le cinéole permet d’atténuer les symptômes de l’asthme et ainsi d’améliorer la qualité de vie des asthmatiques.
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 : 75 mg par jour.

𝗟𝗮 𝗺𝗲𝗻𝘁𝗵𝗲 𝗽𝗼𝗶𝘃𝗿é𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝘁𝗿𝗼𝘂𝗯𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗶𝗴𝗲𝘀𝘁𝗶𝗳𝘀
Les vertus thérapeutiques de l’huile essentielle de menthe poivrée ont fait l’objet de 16 études (Grigoleit. Phytomedicine. 2005) concluantes pour le traitement des troubles fonctionnels du colon (syndrome du colon irritable) et colopathies spasmodiques. Administrée par voie orale, cette huile est également efficace pour soulager les spasmes gastro-oesophagiens et intestinaux, avec une nette amélioration de la qualité de vie des patients.
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 : 2 gouttes d’huile essentielle par jour, réservée aux adultes et enfants de plus de 6 ans.

𝗟𝗮 𝗴𝗿𝗮𝗻𝗱𝗲 𝗰𝗮𝗺𝗼𝗺𝗶𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘁 𝘀𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗿𝗶é𝘁é𝘀 𝗮𝗻𝘁𝗮𝗹𝗴𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗲𝘁 𝗮𝗻𝘁𝗶-𝗶𝗻𝗳𝗹𝗮𝗺𝗺𝗮𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲𝘀
La grande camomille ou partenelle permet de prévenir les crises de migraine grâce à sa forte teneur en parthénolide. Une vertu déjà exploitée depuis l‘antiquité et confirmée par une étude en double aveugle (Murphy JJ. Lancet). Cette plante médicinale réduit ainsi les symptômes de la migraine et les récidives, sans présenter des risques graves pour la santé.
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 :Utilisée en prévention continue sur plusieurs mois, prenez-en une gélule de 200 mg matin et soir (extrait sec).

𝗟𝗲 𝗰𝗹𝗼𝘂 𝗱𝗲 𝗴𝗶𝗿𝗼𝗳𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗮 𝗿𝗮𝗴𝗲 𝗱𝗲 𝗱𝗲𝗻𝘁𝘀
L’eugénol, l’un des principes actifs du clou de girofle empêche les leucotriènes et les prostaglandines de provoquer les inflammations au niveau des dents. Ses vertus antalgiques et anti-inflammatoires permettent de soulager la douleur d’une rage de dent ou d’une poussée dentaire chez les enfants (Kamkar Asl M. Avicenna J Phytomed. 2013).
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 :Vous pouvez mâcher directement un clou de girofle et le laisser agir en plaçant les poudres au niveau de la dent enragée. Il peut également être placé entre la joue et la gencive.

𝗟𝗲 𝗺𝗶𝗹𝗹𝗲𝗽𝗲𝗿𝘁𝘂𝗶𝘀 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗮 𝗱é𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗹é𝗴è𝗿𝗲
Une étude réalisée en 2016 (Seifritz E. Int J Psychiatry Clin Pract.) a comparé l’efficacité de l’extrait de millepertuis avec un antidépresseur de synthèse sur deux groupes de patients dépressifs de niveau léger à modéré. Résultats, sur l’échelle de Hamilton, les sujets qui ont pris du millepertuis (3 x 300 mg/j) ont vu réduire considérablement leur score de dépression par rapport à ceux qui ont pris du paroxétine (20 mg/j). Il s’agit ainsi d’un traitement efficace et sans danger contre la dépression contrairement aux psychotropes.
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 :600 mg d’extraits secs par jour.

𝗟𝗲 𝘀𝗮𝗳𝗿𝗮𝗻 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗮𝗻𝘁𝗶𝗱é𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗳
Comme le millepertuis, le safran a aussi une vertu antidépressive reconnue scientifiquement, notamment chez les jeunes mamans et femmes allaitantes. Dans une étude iranienne (Tabeshpour J. Phytomedecine) réalisée en 2017, 8 semaines ont suffi à un groupe de femmes présentant une dépression postnatale ayant pris du safran (30 mg/j) pour passer d’un score de dépression de 20 à 8 (échelle de Hamilton). Le groupe ayant reçu un placebo ont réduit leur score de 20 à 15 seulement. Dans d’autres études, chez les femmes allaitantes, l’amélioration représente 96% contre 43% (placebo).
𝗣𝗼𝘀𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 :15 à 30 mg voire 60 mg de poudre de safran par jour.

« Les 33 plantes validées scientifiquement », Bertrand Graz et Jacques Falquet

By Simon-Pierre Verrey

Thérapeute au Centre à Noiraigue. Simon-Pierre accompagne des clients depuis une quinzaine d'années en hypnose ericksonienne, constellations familiales, reconnective healing et libération du péricarde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *